10 conseils beauté que j’aurais aimé recevoir quand je souffrais d’acné

Comme 85% des gens, j’ai souffert d’acné durant mon adolescence. Celle-ci était modérée si je compare mon cas à d’autres, mais elle était suffisante pour devenir une véritable obsession. Pour dire les choses simplement, j’ai l’impression de n’avoir retenu de mon adolescence que cette maladie chronique tant elle a gâché et marqué ces années difficiles à traverser pour notre estime de soi. Avec le recul, je suis à peu près certaine que le voyage m’aurait été plus doux si j’avais trouvé dans mon baluchon une poignée de conseils beauté que j’ignorais alors…


Cette ingrate période a débuté il y a presque dix ans et a cessé sa nuisance aux alentours de ma majorité. Je ne me rappelle pas tous ses détails mais les grandes lignes qui nous intéressent ici me reviennent sans peine… Ma peau avait une tendance mixte et mon acné se situait surtout sur mes joues et mon front. À l’époque, les jeunes filles de mon âge n’allaient pas chercher des astuces de beauté sur Internet. L’influence des youtubeuses beauté était inexistante et les blogs ne servaient encore qu’à déverser ses peines et rancœurs adolescentes. Il ne subsistait plus que le système D et le bricolage avec les moyens du bord pour pallier l’intrusion de comédons indésirables. Je sais aujourd’hui que j’ai accumulé les erreurs et fait subir à ma peau des choses qui auraient pu lui être évitées si j’avais reçu les dix conseils suivants :


1. Respecte ta peau et soulage-la avec une routine simplifiée et non agressive

 

J’ai tellement changé de routine soins durant l’adolescence que je ne me souviens pas de tous les produits qui ont pu trôner dans ma salle-de-bains. Je me rappelle cependant que j’ai mis des années avant d’avoir le réflexe d’appliquer une crème hydratante. J’ai d’ailleurs très mal choisi ma première crème car il s’agissait de l’Hydrance Optimale Légère d’Avène qui contient trois tonnes de cochonneries dont des silicones qui bouchent évidemment les pores ! J’ai longtemps négligé cette étape indispensable car je faisais l’erreur de penser qu’hydrater une peau non sèche était superflu et pouvait empirer le problème.

Je regrette amèrement de n’avoir pas connu à cette époque le gel d’aloe qui aurait permis à ma peau de mieux cicatriser et aurait établi une barrière entre elle et le maquillage. D’autre part, j’avais aggravé sévèrement la situation en investissant dans la gamme “Arbre à thé” de The Body Shop. Je décapais mon visage soir et matin avec ces produits et une brosse nettoyante sans jamais améliorer son état. Mes imperfections étaient toujours plus rouges et à vif, alors qu’il m’aurait suffit d’appliquer quelques gouttes d’huile d’arbre à thé localement une fois par jour pour calmer le jeu.


2. Consulte un dermatologue sans tarder

Avant de tirer la sonnette d’alarme et de signaler à mes parents que ma situation devenait invivable, j’ai préféré tenter de m’en sortir toute seule et de chercher à tâtons un produit miracle sans rien y connaître. Consulter une dermatologue a été désagréable; il n’y avait rien de pire à l’époque que de sentir ce médecin reluquer mes comédons, les démaquiller pour enfin établir un diagnostic des plus communs. Mais au moins, je suis ressortie de son cabinet avec les bons gestes à adopter, quelques comprimés à avaler et de nouvelles crèmes efficaces à appliquer.


Elle m’avait en effet prescrit un traitement léger antibiotique qui avait fonctionné en peu de temps. Les crèmes, à base d’acide de fruits, piquaient un peu mais empêchaient la progression des imperfections et aidaient à la cicatrisation de celles qui insistaient pour loger sur mon visage. C’est également grâce à elle que ma routine maquillage a été révolutionnée avec l’arrivée d’un produit miraculeux inconnu du grand public à l’époque : la BB crème, ou crème teintée. Avec elle, mon teint n’était pas idéalement maquillé mais il était vraiment allégé.

3. N’utilise pas de correcteurs réflecteurs de lumière


J’ignore si cette erreur est commise par beaucoup de jeunes filles, mais pour ma part, j’ai utilisé pendant très longtemps des stylos correcteurs destinés à améliorer l’aspect du cerne et certainement pas celui des comédons. Comme je me maquillais à l’aide de lumière artificielle, je sortais de la salle-de-bains avec l’impression d’avoir fait du bon travail alors que le résultat était catastrophique et disgracieux au possible. Je cherchais à camoufler la couleur de mes imperfections mais je ne faisais qu’attirer la lumière sur elles et les mettre davantage en relief. Eh oui, pourquoi n’aurait-on pas le droit d’empirer un problème déjà à la pointe de la laideur ? Ma peau n’était pas particulièrement grasse mais ce genre de produits de maquillage lui conférait vraiment un aspect luisant dont je me serais bien passée !

4. Préfère le maquillage minéral


La découverte du maquillage minéral a révolutionné mes habitudes et l’aspect de ma peau. À tel point que je me demande souvent comment j’ai pu passer tant d’années à côté de ces produits miraculeux en me fourvoyant dans l’utilisation de correcteurs ou fonds de teint crémeux ou liquides. J’ai intégré les produits Lily Lolo à ma routine maquillage il y a cinq ans et je n’en ai jamais changé depuis. Je les rachète inlassablement, persuadée de ne pas pouvoir obtenir de meilleurs résultats. La matière est légère et imperceptible sur la peau, l’effet est naturel. On peut se gratouiller le visage sans craindre que son teint soit complètement ruiné. Le maquillage minéral Lily Lolo est non comédogène, contient du zinc (idéal pour contrer les imperfections) et est économique. Il faut s’armer de patience pour le dompter mais le jeu en vaut la chandelle une fois que l’on maîtrise son utilisation.


5. Dégage ton visage, laisse-le respirer !


On pourra conseiller tant qu’on voudra d’utiliser des textures légères pour soigner ou maquiller sa peau, il est également nécessaire de rappeler qu’il est important de dégager au maximum les cheveux de son visage à cet âge critique. Pour ce qui me concerne, j’ai été une adepte de la frange durant la plus grande partie de mon existence. Si je l’avais abandonnée quelque temps à la sortie de l’enfance, je me suis empressée de renouer avec elle quand j’ai ressenti le besoin urgent de disparaître aux yeux du monde.

Mais je ne me contentais pas de cette frange dissimulatrice de front, j’appréciais également de couvrir la moitié de mes joues avec des mèches latérales. Je passais la majeure partie de mes journées derrière mes rideaux capillaires. J’étais d’ailleurs la parfaite représentation de la tête-à-claques mal dans sa peau qui regarde les autres par en-dessous; je n’en voulais cependant à personne et n’étais pas plus bizarre que certains, j’étais simplement muée par le désir de devenir invisible. Malheureusement, ces mauvais habitudes étouffent la peau et aggravent l’acné.


6. N’aggrave pas la situation !



Non contente d’accueillir des comédons inattendus sur mon visage, je m’acharnais aussi des heures durant sur ma peau. Je triturais les imperfections déjà présentes et abîmais les parcelles épargnées et saines. Cette manie irrésistible me poussait à commettre des dégâts après les cours ou avant d’aller dormir. J’ai réussi à réduire ces attaques en me débarrassant des miroirs installés dans ma chambre. Rien ne m’empêchait de laisser libre cours à mon imagination dans la salle-de-bains de temps à autre; il est cependant plus difficile de privatiser cette pièce commune à la famille que sa propre chambre. Même s’il est compliqué de ne pas toucher à ses imperfections, mieux vaut éviter de les faire entrer en contact avec ses mains. Surtout si c’est pour faire n’importe quoi !

7. Privilégie les contenants hygiéniques

C’est un conseil d’une évidence rare, mais à l’époque, il ne m’était jamais venu à l’esprit de choisir mes produits de beauté en fonction de leurs contenants. J’ai utilisé des crèmes de jour en pot, des correcteurs distribués sur un pinceau à travers une molette ou contenus dans des pots dans lesquels je replongeais mes ustensiles. Bref, autant de gestes qui auraient pu éviter l’apparition de quelques imperfections s’ils avaient été proscrits.


8. Pense à éliminer certains facteurs aggravants 


Je n’ai jamais été une accro des salades et de la nourriture irréprochable, mais j’ai abusé de certains aliments à une époque où ces derniers aggravaient mon problème d’acné. Je pense précisément à ces tablettes de chocolat que j’ingurgitais quotidiennement ou encore à la charcuterie et aux produits laitiers. Rien ne vous interdit de revenir à ces aliments une fois que votre peau aura trouvé un certain équilibre. Préservez-la cependant de ces agressions le temps que tout rentre dans l’ordre.

Sois indulgente quant à la problématique de l’hygiène


Quand on est jeune, certains règles rudimentaires ne brillent pas par leur évidence. Me savonner les mains, les rincer avant de les porter à mon visage ne faisait pas partie de mes habitudes. Changer ma taie d’oreiller plusieurs fois par semaine non plus. Encore moins nettoyer souvent mes outils de maquillage. Et pourtant, de combien de bactéries peut-on préserver son visage en adoptant ces petits gestes a priori insignifiants ?


Concentre-toi sur d’autres choses passionnantes et ne laisse pas filer ces belles années !


Avec le recul, je considère que l’obsession pour mon acné m’a fait perdre de précieuses années. En me levant, mes premières pensées étaient chaque matin dirigées vers ma peau. Plutôt que de prolonger mes nuits, je préférais me réveiller en avance pour passer des heures interminables dans la salle-de-bains. Je circulais dans la vie la tête constamment basse, enfouie, passant à côté d’une vie sociale et des paysages. À cet âge maudit, on feint d’ignorer que le temps perdu ne pourra jamais être récupéré. Que les heures passées à se haïr dans le miroir sont autant de longues minutes qu’on ne consacrera pas à se plonger dans un livre passionnant ou des travaux créatifs réellement épanouissants. Et pourtant, quel gâchis…


Et maintenant ?

Aujourd’hui, quelques imperfections trouvent encore bon de s’inviter de temps à autre sur mon visage. Mais je tente de les ignorer la journée et de les soigner en douceur le soir, à l’aide d’une routine simplifiée à l’extrême et de produits vraiment adaptés. Passer d’une vie stressante dans une ville polluée et survoltée à une existence sereine en rase campagne a également terminé de métamorphoser ma peau qui jusqu’à ce moment, était encore régulièrement sujette à l’arrivée d’indésirables.

Commenter cet article...