vetements made in france

La découverte des vêtements désimpactés d’Ecclo

Aujourd’hui, j’ai l’honneur de vous présenter Ecclo, une toute jeune marque française qui revisite la mode éthique et propose d’aller plus loin sur le chemin de la confection vestimentaire. À plusieurs reprises, j’ai évoqué ce sujet ici, et à chaque nouvelle découverte, il en ressort qu’il existe autant de manières de produire de façon éthique que d’enseignes. La mode éthique est un domaine très riche, qui a le courage de se remettre régulièrement en question et de réfléchir à de nouvelles méthodes pour diminuer davantage son impact environnemental. Aujourd’hui, Ecclo propose d’assumer les limites d’un objectif de mode parfois inatteignable, qui voudrait qu’une pièce produite éthiquement ait été conçue de A à Z sans engendrer la moindre pollution pour un coût final le plus bas possible…


Quelques mots à propos d’Ecclo…

Ecclo a donc choisi d’utiliser, pour la confection de sa gamme de vêtements, des tissus qui existaient déjà mais qui n\’étaient pas exploités et qui étaient probablement destinés à dormir encore pour de longues années dans des entrepôts. Ecclo se fournit en France et donne donc une seconde chance et une deuxième vie à des matériaux délaissés, déjà produits mais inutilisés, parfois pour de mauvaises raisons.

La question de la matière première étant désormais élucidée, il restait à mettre au point la méthode de fabrication des pièces. Dans cette logique, les vêtements Ecclo sont fabriqués en France, dans des ateliers proposant un vrai savoir-faire et des conditions de travail décentes, sur lesquelles il est plus aisé d’avoir un œil.

Ecclo a poussé la recherche jusqu’à se procurer, pour la majeure partie de cette première collection, des tissus en coton bio, filés, teints et tissés en France.

Enfin, cette jeune marque cherche à établir le prix le plus juste pour chacune des pièces vendues. C’est la raison pour laquelle elle se détache naturellement des périodes de soldes. D’ailleurs, le site était en “pause”, complètement à l’arrêt durant le Black Friday; c’était bien la première fois que je voyais une telle initiative.

Et ce qui pourrait être un point faible pour beaucoup, mais qui ne me pose pas particulièrement de problème, c’est la petite quantité de pièces produites pour chaque modèle. La quantité de restes de tissus étant limitée, Ecclo ne dispose que d’un faible stock de matière pour produire chacune des pièces proposées. Mais cela permet aussi de mieux se différencier; j’ai toujours eu un pincement quand je remarquais une personne portant la même tenue que moi quand j’étais plus jeune. S’il y avait plus de place sur le marché pour des enseignes comme celle-ci, plus grand monde ne subirait ce désagrément…

Les pièces Ecclo

J’ai reçu deux pièces de la marque afin de vous transmettre mon avis sur leur qualité.



La première pièce est une chemise à manches courtes bleu foncé, que l’on noue à la taille. Elle apporte un côté décontracté au look, notamment associée à une paire de jeans. J’ai eu un grand coup de cœur pour son bleu profond. Les coutures sont blanches; c’est un détail qui rappelle les jeans une fois encore. Elle est confectionnée à partir de coton bio, filé, teint et tissé en France.

 

La seconde pièce est un pantalon kaki droit, à taille haute, que l’on peut retrousser. Il est également confectionné à partir de coton bio, filé, teint et tissé en France. Pour l’hiver, je l’ai associé à un pull à col roulé beige en angora. Il fera un excellent pantalon de printemps et d’été, tant il est confortable à porter. Ici, des coutures blanches soulignent une nouvelle fois le souci du détail des créateurs.

Les deux pièces ont été fabriquées dans les Vosges.

Conclusion


Vous pouvez retrouver le site d’Ecclo en cliquant ici. La marque propose aussi une belle gamme de vêtements pour les hommes.

La découverte de la marque m’a permis de m’intéresser à un pan de la mode éthique sur lequel je ne m’étais jamais penchée. Le stockage de matériaux déjà produits et inutilisés pose de nombreuses questions; la démarche d’Ecclo mérite d’être mieux connue et adoptée par d’autres enseignes. C’est une part du gaspillage que nous connaissons peu, mais celle-ci n’est pas moins dévastatrice que la part visible que nous pouvons apercevoir à chaque coin de rue.

Commenter cet article...